Etude de cas : la page d’accueil de Carmax.com 2ième partie

Classé sous (Ecommerce) écrit par Jerome-d le 25-06-2010

Mots-clés : , , , ,

Cet article est la suite de l’analyse de la page d’accueil de Carmax.com

Comme je le disais, j’ai été séduit par l’ergonomie de la page d’accueil, et l’expérience utilisateur proposée.

Le header propose l’ensemble des fonctionnalités importantes et recherchées par les internautes.
Le coeur de la page aussi  suit cette logique : dans un espace réduit (env. 300 pixels de hauteur, un accès rapide centré sur les besoins de l’internaute et introduit par « Trouvez votre voiture selon » :

  • la liste des marques;
  • Votre style de vie;
  • vos besoins spécifiques;
  • ce qui est important pour vous;
  • sa consommation : votre nombre magique.

Le tout avec une image de fond montrant, actuellement, une jeune femme souriante au volant de sa voiture.
Et un nouveau slogan « Demandez plus à CarMax » « Les options et la qualité que vous voulez au prix que vous souhaitez » (en gros).

J’ai aussi vu cette partie être animée (diaporama avec des slogans différent) ce qui tend à prouver qu’elle est totalement administrable via un CMS.

Rentrons dans le détail

Les onglets d’exploration

Je suis d’accord avec Steve Krug quand il dit que les onglets sont une des idées les plus intéressantes du web.
Intuitifs, les onglets n’ont pas besoin d’être expliqués. Ils font partie des normes utilisés par les logiciels de type « Office » et par les navigateurs.
Même si leur forme diffère des onglets classiques, les petites flèches de couleurs ainsi que l’animation quand on passe la souris au-dessus rend la prise en main intuitive.
Chaque onglet a sa propre couleur avec un bon contraste en chacun.

Quand on passe la souris sur un onglet, celui-ci s’active donc selon le processus suivant :

  • Le mot, grisé auparavant, prend la couleur du trait gauche de l’onglet;
  • La flèche se déplace vers la droite;
  • La flèche se colorie dans la couleur de l’onglet.

Quand on clique ensuite, le layer affiché est à la couleur de l’onglet : un trait de couleur en haut et la croix pour fermer.

Tri par marque

Ici on retrouve « à peu près » toutes les marques que les internautes recherchent. C’est d’ailleurs ce qui est écrit en phrase d’accroche.

Cela permet d’avoir, dès la page d’accueil, toutes les marques référencées. Ce qui est très bon en SEO.

Pour chacune des catégories, on trouve entre parenthèses le nombre de résultats. L’internaute sait qu’il ne va pas cliquer pour rien.

Tri par type de véhicule

On retrouve ici tous les mots-clé à nouveau. Donc très bien en SEO.

Le côté technique, qui pourrait rendre l’accès compliqué pour certains internautes non spécialistes, est contrebalancé par l’utilisation d’illustrations.

Pour chaque type le nombre de résultats est présent.

Par modèle et prix

C’est un moteur de recherche déjà avancé qui propose la plupart des options utiles :

  • Marques;
  • Type;
  • Modèles (une zone dynamique qui se met à jour en fonction des deux champs précédents;
  • Prix minimum et prix maximum;
  • Géolocalisation (nombre de miles autour du point de connexion de l’internaute;
  • Code postal;
  • Un bouton qui reprend la charte du bouton « Search » du header et un lien discret vers le moteur avancé;

Un moteur de recherche déjà très bien fourni.

  • Une zone de « Recherche personnalisée » comprenant
    • Le descriptif « Personnalisez votre recherche »;
    • Un texte d’introduction pour expliciter l’intérêt du moteur de recherche avancé;
    • Un bouton d’une charte différente. Cette différence de charte permet de comprendre intuitivement qu’on ne lance pas le même genre d’action que le bouton « Find Car ».

Les deux zones sont séparées par un trait vertical.

Par option

On rentre aussi par les besoins de l’internaute : « Qu’est-ce qui est important pour vous ? »

Puis une liste d’options « 3 vraies places à l’arrière », ABS, Air conditionné etc.

Toujours le nombre de résultats ainsi qu’un lien vers le moteur avancé « Plus d’options ».

Dernière chose : une incitation à l’upselling, des options supplémentaires, en forme d’excuse : « Si vous ne trouvez pas, nous l’avons quand même ».

Par consommation

« What is you magic number ? ». Une phrase bien tournée pour dire « jusqu’où pouvez-vous payer pour chaque kilomètre parcouru ? ».

Deux entrées : consommation en ville et consommation autoroute.

Toujours le nombre de résultats et à droite un texte, à mon avis pas très utile, mais qui permet de ne pas laisser de vide.

Voila pour le coeur. Dans le prochain article, nous analyserons le bas de page.


Ajouter un commentaire