Stratégie mobile : application ou site mobile ?

Classé sous (Webmarketing) écrit par Jerome-d le 15-07-2010

Mots-clés : , , ,

un iPhone et un Google Nexus One

Photo Flikr Yang and Yun's Album

Parce que les smartphones représentent déjà plus de 1 téléphone portable sur 5 et que 48% des internautes se sont déjà connectés via leur mobile, la stratégie mobilité est donc devenusincontournable dans une stratégie Internet.

iOS (iPhone/Apple) et  Androïd (l’équivalent Google) représentent respectivement 50% et 23% des smartphones.

Deux utilisations : surfer via un navigateur ou télécharger et utiliser une application.

L’iPad, la tablette mobile d’Apple est conçue pour est une alternative plus mobile que l’ordinateur portable.

Application ou site Mobile ? il paraît évident qu’il faut les deux.
iPhone, iPad , Androïd, Symbian, Windows phone ? Apple et Androïd ayant 75% du marché, c’est entre ces deux là qu’on choisira… ou pas !

Quelques pistes de réflexion :

La différence entre site mobile et application

Pour faire simple : c’est la différence entre un site web sur lequel vous surfez et un logiciel que vous installez.
fnac.com, google.fr sont des sites web : vous pouvez aller de l’un à l’autre comme vous le voulez. Word est une application : elle est conçue pour vous permettre d’accomplir un type de tâche dans un environnement précis.

Si les applications ont la cote, en réalité, n’importe quel utilisateur de smartphone va surfer sur Internet.

Or, ce qui est facilement visible sur votre écran d’ordinateur de 17 ou 19 pouces ne va pas l’être sur l’écran 4 pouces d’un iPhone ou d’un téléphone tactile récent. Encore moins sur les plus bas de gamme avec des écrans de 3 à 3,5 pouces.

De plus les écrans de smartphones sont par défaut en longueur, contrairement aux écrans d’ordinateur.

Vous devez adapter votre site au mobile en créant une version mobile.

Quant aux applications, elles sont téléchargées (gratuitement ou avec paiement) via l’Apple store ou l’Androïd Market et exécutées sur le mobile, avec ou sans connexion web.

Facteurs clé de succès d’une application mobile

Une application mobile doit soit :

  1. Répondre à un besoin identifié (ex : accéder à ses comptes en ligne);
  2. Apporter une expérience nouvelle (ex : n’importe quel application de jeu);
  3. Etre mise à jour pour en prolonger l’existence (ex : les meilleurs restaus de la ville);
  4. Etre originale ou adressée à une niche identifiée (ex : cartes de score de golf);
  5. Avoir une vision communautaire, permettre de partager (ex : foursquare).

Plus votre application rassemblera ces atouts, plus elle sera téléchargée (c’est un premier objectif), plus elle sera utilisée (c’est l’objectif principal) et enfin, plus elle sera conservée longtemps (objectif secondaire, mais peut-être le plus important, au final).

Quand vous allez concevoir votre application, demandez-vous ce qu’elle apporte sur chacun de ces 5 axes.

iPhone ou Androïd ?

L’iphone, avec ses 50% de part de marché est bien sûr un must-have. Si vous développez une application mobile, ce sera forcément pour iPhone.

Quant à Androïd, c’est 25% du marché. Pas négligeable, d’autant que cela permettra de cibler des utilisateurs moins CSP+++ que l’iPhone.

Alors, les deux. Profitez-en pour mutualiser les coûts : le plus cher, dans une application est la partie amont : réflexion et prototypage.
Et vous aurez devant vous 75% du marché des applications mobiles.

Et l’iPad ?

Pour l’instant, on en sait encore peu de l’utilisation de l’iPad.

Ce qui est certain, c’est qu’on ne fait pas les choses de la même façon ni aux mêmes endroits.

Le téléphone portable, c’est le lien permanent quantitatif.
L’iPad, c’est un lien qualitatif et intermittent.

En fait, comme pour les applications smartphone, les 5 axes sont à envisager, mais en allant plus loin. Quand on sort son iPad, ce n’est pas pour quelques secondes, mais pour quelques minutes ou même quelques heures.

Conclusion

Au final, il paraît important d’avoir une version mobile (compatible petits écrans pour tous les mobiles) et d’avoir une application iPhone.
Mais développer une version Androïd n’est peut-être pas beaucoup plus cher.


Ajouter un commentaire